Condos neufs, acheter ou louer ?

Article tiré du blogue de MONDEV
C’est le moment de faire le grand saut et de déménager, mais vous ne savez pas vers quoi vous tourner. Acheter ou louer ? Certains voient le fait d’acheter comme un bon investissement à long terme, quoi qu’assez coûteux. D’autres préfèreront s’octroyer un style de vie où l’emprise matérielle est minimisée. Voici quelques notions pour essayer de savoir ce qui vous conviendra…

Engagement du propriétaire

Pour la lumière nous avons discuté avec Jean-François Ferland, courtier immobilier chez RE/MAX. Si la personne a la capacité financière d’acheter, Jean-François, conseille d’opter pour l’achat qui comporte de multiples avantages. Un certain montant de l’argent dépensé revient dans les poches du propriétaire. En payant, il économise sans s’en apercevoir.

« Il faut savoir qu’avec les taux d’intérêt très bas actuels, une grosse partie du paiement sera imputée au capital. Vous payez votre condo pendant deux, trois ou quatre ans et vous avez remboursé, sans vous en rendre compte, plusieurs milliers de dollars en capital. Donc, au moment de la revente, vous bénéficiez de ce capital. C’est ce que j’appelle le principe d’économie forcée » explique-t-il.

Pour bien illustrer sa pensée, Jean-François Ferland donne l’exemple d’un condo payé 250 000 $, avec une mise de fonds de 5 %, un taux d’intérêt de 2,74 % sur 25 ans, mensuellement. La personne aura à faire un versement mensuel, avec une mise de fonds de 12 500 $, de 1 131,84 $. «Le fameux condo coûte à peine plus cher que le prix d’un loyer, indique le courtier immobilier, mais par contre à chaque mois, c’est comme si on économisait 700 $ ou 800 $.»

Devenir propriétaire offre d’autres avantages, selon Jean-François Ferland, tels qu’une plus grande flexibilité et un plus grand confort. «Quand vous êtes propriétaire, vous faites partie intégrante des décisions, explique-t-il. La journée où vous décidez de faire certaines améliorations à votre condo, c’est vous qui allez en profiter. Par exemple, si vous décidez d’investir dans votre cuisine, lorsque vous allez revendre votre condo, cette valeur-là vous appartiendra. Si vous faites les mêmes améliorations à un appartement, ce sont des améliorations qui au final appartiendront au propriétaire.»

Et que se passe-t-il si vous avez acheté un condo et que vous passez « par une période plus sombre » avec certaines difficultés financières? « Le marché du condo à Montréal est tellement en santé en ce moment que ce n’est pas un problème. Le propriétaire n’aura qu’à envisager la vente ou la location de son immeuble afin d’alléger ses charges.

Avant de prendre une grande décision, il faut bien entendu évaluer ses besoins et se renseigner sur ses capacités à payer avant l’achat. Se fier uniquement sur les institutions financières pour analyser son statut financier est un leurre; celles-ci offrent souvent une bien trop grande marge d’emprunt à leurs clients. Des organismes comme l’ACEF ou un planificateur financier seront les professionnels tout indiqués pour vous aider à analyser votre capacité d’emprunt réelle en y incluant tous les coûts inhérents à l’achat. Voici un exemple des frais applicables sur un condo d’une valeur de 200 000 $

Outil de comparaison des coûts achat versus location ici

Liberté du locataire

Décider de louer a souvent été relié à une précarité financière, professionnelle ou émotive… Dorénavant, de nouveaux produits s’offrent aux locataires et séduisent pour leur aspect SIMPLICITÉ tout inclus, les globes trotters, les gens en déplacement, les work alcoholics sont souvent séduits par cette formule. En effet, plusieurs personnes décident de rester locataires dans des édifices raffinés et souvent neufs afin de garder leur mode de vie le plus simple possible. L’avantage de cette formule est simple, l’équation se fait sur 12 mois, un tarif fixe, qui se multiplie par douze pour couvrir l’année, ce sont là les seuls frais inhérents à ce type de logement. Seul petit hic du locataire, il ne gardera qu’un bon souvenir de son appartement, aucun denier ne lui restera dans les poches après son engagement de 12 mois…

Pour ne rien se cacher, il est impératif de faire des calculs précis et objectifs; être propriétaire, même d’un condo neuf, implique une part d’imprévue et nécessite donc un fonds pour parer au pire, on dit qu’au Québec, la part de du budget accordée au logement ne devrait pas excéder 32 % du revenu brut… C’est un bon point de départ avant de visiter et d’avoir le coup de foudre pour un condo à vendre, ou à louer…

Article précédent

Prochain acticle